Coin des professionnels
Vous êtes médecin, pharmacien
infirmier(e),étudiant(e),...?

Inscrivez-vous ici pour accéder à l'espace professionnel.
Identifiant :
Mot de passe :
Actualités
Une nouvelle drogue de synthse : Benzo Dope
Actualité du 16/03/2021

Benzo Dope, aussi appelée " héroïne violette " contient deux produits aux effets très puissants, le fentanyl et l'étizolam, et a été associé à une série de décès au Canada.
Les surdoses mortelles sont plus susceptibles de survenir après l'utilisation de benzo dope car la naloxone, n'est pas efficace contre les benzos.
La benzodiazépine la plus couramment identifiée dans le benzo dope était l'étizolam. Les autorités canadiennes ont été alertées pour la première fois par une série de 30 surdoses « atypiques » sur deux semaines à Vancouver en avril 2019, où les consommateurs de drogues ne répondaient pas à la naloxone.
L'association de benzos et de fentanyl entraîne une perte de conscience prolongée, une dépression respiratoire profonde et une amnésie.
Le benzo dope, qui, comme le fentanyl, est le plus souvent fumé ou inhalé, bien que parfois injecté, s'est répandu à l'extérieur de la Colombie-Britannique. Il est également vendu, selon les auteurs du rapport, en Alberta et en Ontario.
Comme pour l'introduction du fentanyl dans l'approvisionnement en héroïne, un rapport du British Columbia Centre on Substance Use et de l'Université de la Colombie-Britannique suggère que l'ajout d'étizolam au fentanyl a été fait pour des raisons économiques. Depuis que la Chine a limité la production et l'exportation de fentanyl en 2019, le prix du médicament sur le marché noir a augmenté. Les fournisseurs canadiens ont donc choisi de remplacer une partie du fentanyl par de l'étizolam moins cher.
En Écosse, l?étizolam, connu sous le nom de « faux valium », est le plus souvent vendu sous forme de pilules bleues à 50 pence chacune. Le médicament, le plus souvent importé de laboratoires en Chine, a supplanté les benzos moins puissants tels que le diazépam sur le marché de la drogue de rue. Mais depuis son introduction dans l?approvisionnement en médicaments du pays, les décès ont explosé.
La Colombie-Britannique possède certaines des politiques de réduction des risques les plus progressistes au monde, notamment des salles de contrôle et de consommation de drogues. Le mois dernier, la province a demandé au gouvernement fédéral de décriminaliser toutes les drogues, ce qui, selon elle, constituerait une « étape importante » pour sauver des vies, réduire la stigmatisation et traiter la consommation problématique de drogues comme un problème de santé et non comme un problème moral ou criminel.

Extrait de "Actualités des addictions n°119 RESPADD/FFA "

 

<< Retour aux actualités