Coin des professionnels
Vous êtes médecin, pharmacien
infirmier(e),étudiant(e),...?

Inscrivez-vous ici pour accéder à l'espace professionnel.
Identifiant :
Mot de passe :
Actualités
Jeux d'argent et de hasard à la fin de l'adolescence
Actualité du 03/10/2018

L'enquête ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la Défense)  a interrogé en mars 2017 plus de 13 000 garçons et filles âgés de 17 ans sur leurs éventuelles pratiques de jeux d’argent et de hasard (JAH). Une note d'Axel Brissot, Antoine Philippon et Stanislas Spilka présente les résultats de cette étude.
Qu’il s’agisse de jeux de tirage ou de grattage, de pronostics sportifs ou des jeux dits de casino, l’offre de ces jeux reste interdite aux mineurs.  Près de quatre jeunes sur 10 (39 %) déclarent toutefois avoir joué à un JAH dans l’année et un sur 10 (10 %) au cours de la semaine écoulée. Les garçons sont près d’un sur deux (47 %) à déclarer avoir joué dans l’année.
Les jeux de tirage et de grattage sont les plus pratiqués (31 %) devant les pronostics et paris sportifs (17 %) et les jeux de casino (3,6 %). C’est la deuxième catégorie de jeux qui progresse le plus, notamment compte tenu de leur  développement sur Internet. Là encore les garçons sont davantage concernés : un quart d'entre eux a joué en ligne dans l'année (vs 7 % des filles).
Afin de détecter les difficultés suscitées par le jeu, les adolescents interrogés ont répondu à un questionnaire de repérage sur les problèmes et conséquences éventuellement rencontrés (perception de l’entourage, montant des mises, stress et angoisses, etc.).
Au total, en 2017, moins de 1 % de la population adolescente de 17 ans serait en grande difficulté par rapport à sa pratique des jeux d’argent et de hasard.
Chez les jeunes de 17 ans ayant joué au cours de la semaine précédant l’enquête, plus de la moitié présenteraient un risque, même faible (53 %), 3,4 %  des jeunes présentant un risque élevé. (Lettre OFDT Actu n° 118 - 27 septembre 2018)

Lire la note de l'OFDT (12 p.)

Consulter le communiqué de presse (1 p.)

<< Retour aux actualités